Pense-bête

Les Bêtabloquants

Substances qui, par antagonisme compétitif et spécifique, bloquent les récepteurs bêta-adrénergiques (inhibent l'action des catécholamines circulantes, tout particulièrement sur le cœur qui ne possède que des récepteurs bêta-adrénergiques).

Propriétés

– Chronotropes négatifs : diminuent la fréquence cardiaque, automaticité myocardique.
– Bathmotropes négatifs : dépriment l'excitabilité myocardique.
– Dromotropes négatifs : dépriment la conductibilité.
– Ionotropes négatifs : diminuent la contractilité myocardique (vitesse de contraction, débit cardiaque, différence artério-veineuse, pression veineuse centrale, consommation d'oxygène myocardique, débit coronaire).
– Bronchoconstricteurs.

Contre-indications

– Chronotropes négatifs : bradycardie
– 
Bathmotropes négatifs et dromotropes négatifs : blocs atrio-venriculaires.
– Isotropes négatifs : insuffisance cardiaque.
– Bronchoconstricteurs : broncho-pneumopathies chroniques.

      • Ces bêtabloquants et tout particulièrement le VISKEN™ sont contre-indiqués en cas d'insuffisance cardiaque à cause de leur effet isotrope négatif.
      • Ne jamais les associer avec des modificateurs des canaux calciques (vérapamil et inhibiteurs calciques).

Indications

– Troubles du rythme cardiaque :

(voir antiarythmiques)


Il faut distinguer les troubles en hyper supraventriculaires et ventriculaires, et les troubles en hypo.

TROUBLES DU RYTHME SUPRAVENTRICULAIRE

  • TACHYCARDIES SINUSALES LIÉES À :
    • Hypersympathicotonie : bêtabloquants

  • TROUBLES DE L'ÉTAGE ATRIAL :
    • En prévention de la fibrillation atriale:
      • Bêtabloquants (0,1 à 0,5 mg/kg/j) + disopyramide (RYTHMODAN™) à 15 mg/kg/j, en cas d'inotropisme non altéré.
    • Il ne faut jamais associer vérapamil et bêtabloquants (actions isotropes négatives renforcées).

  • TRACHYCARDIES JONCTIONNELLES :

    • Prévention (en cas de crises répétées) :
      • Monothérapie :
        • Bêtabloquants (bloquent la voie nodo-hisienne) ;
      • Polythérapie :
        • Bêtabloquants + Disopyramide (attention à l'action isotrope négative).

TROUBLES VENTRICULAIRES

  • Traitement d'urgence à instituer en cas d'extrasystoles ventriculaires polymorphes fréquentes ou de tachycardie ventriculaire.
  • Lidocaïne (XYLOCARD™), flécaïnide (FLECAÏNE™) à 2 mg/kg en perfusion lente (50 µg/kg/min en solution 2 mg/mL), puis 25 à 50 µg/kg jusqu'à réduction du trouble (en cas d'injection trop rapide, on peut observer des convulsions, des vomissements et une bradycardie, avec allongement de PR et QT, éventuellement apparition d'une fibrillation ventriculaire. On peut antagoniser ces troubles par le glucagon en IV à 50 µg/kg).
  • Dans les cas où les troubles ventriculaires sont induits par la digoxine, on utilisera la phénytoïne (DI-HYDAN™) : 10 mg/kg/j en 2 prises.
  • Après réduction du trouble, ou en prévention, on utilise un traitement per os :
    • aprindine (FIBORAN™): 5-10 mg/kg/j. en 2 prises.
    • amiodarone (CORDARONE™) : 10 mg/kg/j. en 2 prises.
    • méxiletine (MEXITIL™) : 5-8 mg/kg/j. en 2 prises.
    • flécaïnide (FLÉCAÏNE™) : 3-10 mg/kg/j. en 2 prises.

  • N.B. :
  • L'association digoxine + aprindine est possible et même recommandée en cas d'insuffisance cardiaque avec des ESV.
  • Il ne faut jamais traiter les ESV monomorphes et peu fréquentes sur un cœur sain.
  • Il faut porter toute son attention sur les formes polymorphes, en particulier bidirectionnelles.

TROUBLES EN HYPO (= BRADYCARDIES ET TROUBLES DE LA CONDUCTION)

= Bradycardies et troubles de la conduction

  • BRADYCARDIE PAR HYPERVAGOTONIE :
    • Atropine à 125 µg/kg/j en 3 prises.
  • BLOCS DE CONDUCTION AURICULE-VENTRICULAIRES AVEC RYTHME SINUSAL OU ECTOPIQUE DE SECOURS TRÈS LENT:
    • ISUPREL™, IV: 0,5 mg/kg en perfusion.

Tous ces médicaments doivent être donnés en fractionnant la posologie quotidienne en 4 prises (résultats incertains).

NB :
  • En cas de surdosage, il y a risque d'ESV ou de tachycardie ventriculaire.
  • Ne jamais donner:
    • Dioxine, quinidiniques, procaïnamide : risque d'impact sur le système Hiss-Purkinje.
    • Bêtabloquants, amiodarone, vérapamil : impact sur le noeud auricule-ventriculaire.

– Troubles du comportement:

Les Bêtabloquants sont utilisés aussi dans le traitement de certains troubles du comportement

(voir la section concernée en comportement)


Principaux bêtabloquants

      • – Pindolol (VISKEN™) 0,2 mg/kg/j. en 3 prises.
      • – Timolol (TIMACOR™) 0,1 mg/kg/j en 3 prises.
      • – Sotalol (SOTALEX™) 2 mg/kg/j. en 3 prises.
      • – Acébutolol (SECTRAL™) 1 mg/kg/j. en 3 prises.
      • – Propranolol (AVLOCARDYL™) 1mg/kg/j. en 3 prises.
      • – Nadoxolol (CORNARD™) 0,5 mg/kg/j. en 3 prises.